Détail d'un monument funéraire 

 

Ancienne église St Ouen

 

 

 

Eglise Notre-Damea vue du ciel

 

Hormis quelques belles fermes et demeures disséminées sur le territoire de la commune et faisant partie du patrimoine privé, le patrimoine architectural de la commune de Gamaches-en-Vexin est principalement d'origine religieuse. Son église, ses vitraux, ses statues et calvaires en sont le témoignage vivant.

L'action de la municipalité, d'associations ou de démarches privées permettent d'entretenir et d'embellir notre patrimoine, afin de pouvoir le transmettre aux générations futures.

L'ancienne église St Ouen

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

L'église romane primitive, dédiée à St Ouen, se trouvait à l'emplacement du cimetière actuel. Au XIIème siècle, elle était située non loin du château, autour duquel étaient massées les maisons du village.

Au fil des siècles, l'église subit de nombreuses modifications. A la fin du XVIIIème, à la suite d'un incendie, on avait ajouté deux croisillons, percé des grandes fenêtres carrées, et élevé à l'ouest une tour massive en briques et silex, coiffée d'un toit en forme de pyramide octogonale.

Au XIXème siècle, l'église possédait toujours son corps rectangulaire du XIIème, et avait conservé deux contreforts à chaque angle du chevet, trois étroites baies cintrées surmontées d'un cordon de pointes de diamant, et quelques modillons de la corniche. Cette tour portait la date de 1790. A l'extérieur, on pouvai pouvait voir dans le mur sud du chœur un enfeu du XIIIème siècle (tombe encastrée dans l'épaisseur du mur).

 

Eglise Notre-Dame

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Au fil des siècles, Gamaches s'est déplacé vers le sud, c'est à dire vers l'emplacement de l'actuel village. L'église se trouve alors trop éloignée de ses paroissiens. C'est, selon l'Abbé Deschamps, curé du village vers 1870, la raison principale d'une certaine désaffection des fidèles aux offices. De plus, à la fin du XIXème, l'état de l'édifice commençe à se dégrader sérieusement.

Dès 1872, Mr l'Abbé Deschamps, homme de fort caractère, demande avec insistance au conseil municipal la construction d'une nouvelle église au centre du village. En 1885, des subventions sont demandées par la commune au ministère des cultes, mais le projet est trouvé trop grandiose pour un si petit village. Il faut donc trouver des fonds.

Finalement, cette nouvelle église sera financée en grande partie par l'Abbé Deschamps lui-même, qui possède une fortune personnelle, ainsi que par la famille de Belloy, châtelains du village. La construction du nouvel édifice peut ainsi débuter en 1886 pour se terminer en 1891, date à laquelle sera détruite l'ancienne église St Ouen. Les matériaux récupérés seront vendus pour 3 000 francs au bénéfice de la nouvelle église.

Intérieur de l'église Notre-Dame

 

 

Fait de moellons, de pierres et de briques, le nouvel édifice religieux est de forme cruciforme à chevet plat, une tour élancée précède la nef. Dans la tradition mariale de Gamaches, l'église est dédiée à la Vierge, elle portera le nom de "Notre-Dame". En 1891, Monseigneur Hautin, évêque d'Evreux, consacre le nouvel édifice comme l'atteste une plaque gravée dans l'église.

L'intérieur de l'église ne manque pas d'élégance. Il surprend par sa grandeur, inhabituelle pour un village de la taille de Gamaches, mais aussi par sa clarté assurée par de vastes verrières accueillant de superbes vitraux. Le  mobilier abondant et riche ainsi que  les différentes statues qui ornent les murs contribuent à renforcer cette impression.

 

 

 

Les vitraux

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Au centre : la guérison d'un paralytique par St Eloi
sous le porc
he de l'église de Gamaches

 

L'orphelinat de Gamaches
(détruit début des années 1990)

Les vitraux de la fin du XIXème siècle méritent à eux seuls une visite approfondie.

Ils ont été fabriqués par l'atelier Duhamel-Marette, et comme en témoignent les nombreuses inscriptions, ils ont été offerts par les habitants du village et par l'abbé Deschamps.

Parmi les différentes verrières, on peut notamment admirer des scènes représentant :

La vie de St Vincent de Paul

La maladrerie Sainte- Marguerite

Le repos pendant la fuite en Egypte

L'orphelinat de Gamaches-en-Vexin

La guérison d'un paralytique par St Eloi sous le

   porche de l'église de Gamaches

   (voir la légende dans la page Histoire)                                  

Une restauration complète a été réalisée entre 1998 et 2002 afin de sauver les verrières.

 

 

 

 
 

Le mobilier religieux

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

Parmi le mobilier de l'église Notre-Dame, on remarque plusieurs pièces provenant de l'ancienne église St Ouen :

Un confessionnal et une chaire à prêcher également du XVIIIème

Un lutrin dominé par un aigle aux ailes déployées, daté de 1743, et sur lequel on peut voir un blason bûché, probablement celui de la famille de Roncherolles dont dépendait la seigneurie au XVIIIème siècle

Un baptistère du XVIIème

 

 

 
 

Les orgues

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Arrivé au croisé du transept, le visiteur a la surprise de découvrir deux Orgues. L'un dans le choeur, et l'autre en tribune. Ceci mérite explication :

L'orgue de tribune, offert par la famille de Belloy, a été construit en 1898 par les établissements Anneessens & fils "Manufacture de Grandes Orgues et Harmonium". Composé de treize jeux, c'est le seul orgue du canton jusqu'en 2002. Ses 36 tuyaux de montre et son buffet en chêne constitué de deux parties symétriques en imposent. Il accompagne les offices dominicaux et le chant des religieuses de l'orphelinat situé en face de l'église jusqu'en 1953. Par la suite, abandonné, il se détériore rapidement.

Lorsqu'en 1990, l'association "ACOR", se crée pour restaurer l'orgue, le verdict tombe : l'orgue ne sonnera plus jamais. Outre l'état de délabrement avancé de l'instrument, cet orgue utilisait une technologie qui n'a jamais fonctionné correctement, sa restauration n'est donc pas envisageable. L'association décide de réutiliser une partie des tuyaux de l'ancien instrument et de reconstruire un nouvel orgue, cette fois-ci, placé dans le choeur. Sa fabrication sera confiée au facteur d'orgue Patrice Masson. Il sera inauguré le 18 septembre 1994. > En savoir +

 
 

Les tableaux

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 



 

L’église abrite deux tableaux d’intérêt patrimonial.

 L’un a été peint au XVIIème siècle et représente une scène rurale : le Bon Pasteur entouré de ses brebis

L’autre, du XIXème siècle, d’inspiration romantique, représente "la Vierge à la chaise" d’après Raphaël. Ces deux oeuvres méritent toute notre attention par leur intérêt pictural.

En 2013, la commune de Gamaches-en-Vexin décide la restauration des tableaux et fait appel à deux ateliers spécialisés pour que ces joyaux retrouvent leur éclat. Grâce à des dons et à des subventions, l'entreprise est menée à bien, et début 2014, ces tableaux restaurés ont retrouvé leur place dans l'église du village.

 

 

 

 

 

L'art statuaire

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Au hasard des rues du village, on trouve également des représentations statuaires de l'art religieux, en témoignent ces trois exemples :

Statue de Sainte-Barbe, fin XVIIIème siècle

Un des nombreux calvaires de la région, érigé en 1875

Statue de St Eloi patron des forgerons (voir la légende dans la page Histoire), installée sur
   le pignon d'une ancienne forge

 

Sainte Barbe

Calvaire, rue de la messe

Saint Eloi

Accueil  -  Plan du site  -  Contact & Infos site  -  Mentions légales